lundi 26 septembre 2011

Toujours ma complainte habituelle.

Il semble que les collègues n'aient pas désarmé.
Tout est bon pour faire chier,y compris les pannes et les vols de matériel.
Je site les réflexions:
"S'il ne voulait pas travailler il aurait profité de l'occasion (la panne de véhicule)"
"Pourquoi tu travail avec ces cons?" (la réponse? C'est partout pareil. Au moins en faisant du nettoyage je limite le contact à de bref moments)
"Le black  il est pas trop fatigué "
"Il est trop vieux"
"Il aura la retraite anticipé" (sur ce point il y a plusieurs personnes qui ont déjà essayé de m'y faire croire alors qu'il est plus probable que j'aurais à travailler  audelà de la limite pour obtenir le minimum vital)

Allusion à un avertissement de la police sur les conséquences possibles du harcellement.

Pour bien comprendre leur psychologie je rapporterai encore un évenement.
Le tapis déchet tombe en panne, amoncellement de déchet, crise de nerf du chef et réflexion:
"Je peux pas te garder!" (il fallait bien trouver une sanction!)
Alors qu'il pleurait deux jours plu tôt:
"Je n'arrive pas à trouver des gars! Mais ou il sont tout ces chômeurs? " 
Le tapis déchet n'est pas adapté, depuis 3 ans j'en ai fait la remarque.
C'est peut-être pour cela que j'ai hérité du poste.
Pour prouver que je ne veux pas travailler.

Au super marché :
"C'est vrai vous êtes harcellé, j'en ai compté 3, votre blog ne sera pas fermé"
"Les micros sont sur lui" (Très habile cettte réflexion!)

Reflexion toujours sans amorcer une discution avec la personne.
Il faut à chaque fois faire l'effort de réfléchir à leur stratégie et prendre la décision la plus couteuse mentallement mais la plus payante à long terme: la patiente.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire