samedi 19 novembre 2011

Vous continuez!

Le titre du message c'est une des réflexions entendues aujourd'hui dans le magasin. Un homme de 30 ans veste bleue, grain de beauté sur la joue, accompagné de son enfant (j'ai noté son immatriculation).
J'en profite pour poser cette question:
Qui a donné l'ordre de me harceler? Est-ce un responsable politique, un responsable syndical, une baronnie locale, un caïd local?
Je complète la collection de réflexions:
-- "Je lui est rien dit, il est fou."
-- "Vous êtes trop sale."
-- "Vous êtes une nullité." (par un enfant).
--"Il est trop feignant."
--"Ils m'ont dit qu'il parle super bien l'anglais, mais il parle comme un pied!"
--"Ce sont des imbéciles, il ne faut pas faire attention."
--"C'est pas vrai,Einstein n'était pas handicapé."(je suis pourtant resté prudent en ne faisant que poser la question.)

 J'ai du énerver quelqu'un récemment. Aujourd'hui c'est au dessus de la moyenne!

Je rappelle au lecteur que je subis ce genre de provocation depuis fin 1995, quelque jours après la fin de ma formation dans l'association Les Glénans à Concarneau. J'en avais d'ailleurs  fait part à ma famille qui m'avait conseillé d'ignorer les provocations.

Je me souvient de la toute première réflexion par une femme sortant des locaux de la dite association: "On ne peut rien faire, c'est le crime parfait".

Franchement on m'a souvent dit que je suis doué, mais je ne pensait pas l'être à ce point: arriver à un tel résultat sans même s'entraîner!  Il n'y a qu'aux Glénans qu'on y arrive: la  pédagogie par la mise en situation réelle! Qui sait ? J'aurais du me présenter directement aux examens pratiques du brevet d'état , j'aurais peut-être réussit! (Ce paragraphe est purement humoristique!) .

Pour être encore plus précis et parce que certains ont aussi évoqué des problèmes de sodomie à mon sujet: la sodomie passive peut être une excellente introduction à la sodomie active et vice versa! Et pour aller encore plus loin: cela expliquerait mon attirance et mon relatif succès auprès de femmes qui tout en restant très féminines ont une forte composante lesbienne!

En ce qui concerne l'éventuel pouvoir de nuisance  aux mains de personnalités ou d'organisations dans le cadre  de cette affaire je vous laisse seul juge. Il suffit d'examiner, depuis 1996, les différents faits qui ont eu lieu dans toute les entreprises ou j'ai travaillé ainsi que mes déclarations de revenue.

J'en profite aussi pour évoquer cette éventualité: dans le cas ou des syndicats ou autre organisations détiendraient  des informations diffamatoires sur ma personne et les utiliseraient pour me nuire et si de plus ces informations étaient stocké de manière décentralisée, alors la justice pourrait peut-être décider la saisie de support informatiques et cela en dépit de la loi qui protège les syndicats au sujet des informations personnelles qu'ils détiennent.

De plus je ne voit pas l'intérêt qu'ils auraient à prendre un tel risque: je n'ai aucun pouvoir, ni aucune influence sur l'opinion publique. Il est probable que s'ils avaient la moindre preuve d'un crime ou délit  commis pas moi même ils n'auraient pas hésité à les communiquer aux autorités. J'ai de bonnes raisons de soupçonner qu'ils n'ont pas lésiné sur le moyens de les obtenir et faute de résultats d'essayer de les provoquer!

Finalement je bascule dans le romantisme frénétique:
Mon histoire avec le Glénans fut une histoire d'amour parfaite et sans lendemain.
Désormais je retape de vieux campings  cars et je vote à droite. 

vendredi 18 novembre 2011

"On en a marre de payer pour toi"

La première fois ils étaient passés pour la première couche.
Le type arrête son 4x4 en face de chez moi et transmet des informations sur ma maison par téléphone.
La deuxième ils profitent que le vent porte et que la vitre soit ouverte pour me faire partager leur vision des choses:
"On a téléphoné partout, tu ne trouveras pas."
"On en a marre de payer pour toi."
Puis après mon coup de fil:
"Il nous a balancé."

mercredi 9 novembre 2011

"On continue"

Donc ils veulent continuer.
Nouvel exemple de ce qu'ils font:
Je rentre dans le magasin. L'employée me regarde et dit: "C'est un véritable bordel. Je l'ai signalé."
Je marche un peu plus loin, nouvel employé qui dit: "Même si c'est ouvert vous n'avez pas le droit d'entrer."
Mon interprétation des faits:
Je me couche en oubliant de fermer la porte de chez moi au rez de chaussé.
Un employé passe le matin pour remplir ces obligations professionnels, voit que la porte est ouverte, jette un coup d'oeil. Effectivement c'est le bordel au rez de chaussé que j'utilise pour entreposer de trop nombreux objets et pour bricoler. Je fais rarement le ménage.
Si la personne a remarqué quelque chose d'anormal elle peux toujours signaler à la police  ou aux service sociaux. Personne ne peux le lui reprocher.
Au lieu de cela la personne raconte aux copains. Et les  copains en profitent pour utiliser l'information.
Ce n'est n'est pas la première fois que cette personne à l'entrée fait  des remarques concernant ma vie privé. Comme je l'ai vu dire, soit à moi, soit à d'autres personnes, "il faut continuer", j'ai tendance à conclure que cette personne agit dans le but de m'ennuyer. Je ne pense pas qu'elle prendrait ce risque sans  la couverture de sa hiérarchie.

dimanche 6 novembre 2011

Toujours mécontent!

Ce journal ne sera finalement qu'un  déversoir de toute mes complaintes.
Il y a quelques année j'avais fait constater par huissier de justice un bug sur le site pôle-emploie.
Aujourd'hui j'ai eu une nouvelle surprise:
Je crée un nouveau critère de recherche pour obtenir les offres d'emploie en Ardèche pour un travail d'agent de nettoyage industriel. J'obtiens 91 annonces. Puis j'élargie la recherche à trois département : Ardèche , Loire et Haute-Loire. J'obtiens 11 annonces.
Je me rappelle lorsque j'avais essayé de signaler le précédent problème à l'A.N.P.E . Dans les semaines qui ont suivi ils ont lancé une vaste campagne ventant les mérites de l'application mise à disposition des demandeurs d'emploie. Sur le site il est difficile de pouvoir signaler  un  problème. Je sais pourquoi: les responsables  d'application seraient submergés de mails par forcément justifiés. Pourquoi dans ce cas ne permettent-ils pas à un nombre limité d'utilisateurs de pouvoir signaler les problèmes rencontrés? Si un utilisateur commet des abus il peuvent toujours le retirer de la liste.

Je reviens maintenant à mes problèmes de harcèlement.
Ce que j'entends au travail:
"Il ne retrouvera plus"
"Après avoir travaillé avec nous il ne pourra plus retrouver du travail"
Là je me pose quelque questions : est-ce que le fait d'avoir travaillé pour une agence de contrôle sanitaire m'interdis à tous jamais de pouvoir travailler dans la production alimentaire dans de bonnes conditions?  A moins que cela concerne seulement l'entreprise qui m'emploie actuellement?
Ais-je été recruté dans cet objectif?
De toute façon mes ennuies ne datent pas d'hier.
"Aux Etats-Unis ils leur cassent la gueule à la sortie."
Je suppose que cela concerne les non syndiqués. On me fait comprendre que je suis un privilégié par rapport aux citoyens Américains.
"Il est trop lent". Cà c'est pour corriger  ce qu'ils disaient auparavant: "il était très doué".
Et puis aussi une conversation entre deux collègues:
"Il s'est remis à programmer"
"Qu'est ce qu'il utilise?"
"-----" (Cela représente le langage que j'utilise).
Auparavant j'ai eu des retours sur mes activité informatiques notamment en cryptologie.
Je dois préciser que je suis aux niveau des pâquerettes dans ce domaine.
"Cela ne présente pas de risque, il travail sur un Pc qui est on-line."
Ils ont peur que je prépare un mauvais coup!
Et puis c'est gentils, il me confirment que je suis surveillé!
Le monde est remplis de gens très responsables et respectueux des lois.
Il faut pas que je m'inquiète c'est juste "pour te protéger".

A la pharmacie:
"J'ai deux types de vaccins: avec et sans coqueluche. Il est préférable de prendre coqueluche si vous êtes aux contact des enfants", avec un sourire entendu. Je vois que madame est Bretonne: elles sait ce que tout le monde sait car "tout ce sait en Bretagne". Je ne fait que  citer un Breton. Bien sûr ce genre d'aptitude aux savoir n'est pas uniquement l'apanage du Breton bien que,  certain prétendent qu'ils ont une certaine propension à se battre entre eux. Finalement je constate avec peine que cette aptitude aux savoir  est aussi l'apanage d'une personne justifiant d'un niveau d'étude Bac+8. Quel avantage peux-t-elle retirer d'une telle attitude envers un client? Il doit y en avoir un, mais je ne trouve pas.



mercredi 26 octobre 2011

Petit voyage à Quimper

A cette occasion j'ai encore eu à supporter les commentaires de mes concitoyens:
Entré dans un centre d'analyse médical.
Pas de sourire, pas de bonjour: je ne dois pas être sufisament  malade.
Je demande qu'on m'envoie par courrier le résultat, on me répond qu'il faut passer (30km mini).
En plus on me demande le nom de mon médecin alors qu'il n'a rien à voir là dedans: je demande une analyse de ma propre initiative.
Commentaire dans le bureaux derrière la parois: "Le type c'est fait menacé. Il doit avoir une intervention chirurgicale et veut vérifier sont état de santé avant l'intervention."
Je me passerait bien de ce genre de propos et d'attitude.
Mais c'est vrai, j'ai en effet remarqué que l'on demande systématiquement au donneur de sang s'il a subit  une intervention chirurgicale.

Un garde de sécurité à l'entré de la grande surface:"Il ne vous aurait pas tué".
Je suis content de l'entendre! Il voulait juste me faire vider je suppose.
Je ne comprends pas pourquoi il s'est ramené avec un couteau alors que sont travail était terminé et que les vestiaires étaient de l'autre côté. Voulait-il continuer la conversation?
A propos de cette altercation j'ai eu une autre fois  cette citation: "Je l'ai taclé".
A le foot! Quel source d'inspiration pour nos concitoyens!

Un autre  commentaire par une  femme 55 ans dans une grande surface:
"Nous sommes ridiculisés. Le type n'avait même pas le niveau pour être analyste programmeur".
C'est la deuxième fois que j'entends cela: la  première c'était il y a peux de temps dans un café à Rosporden.
Cela -je pense- doit concerner ma SEULE  mission de "conseil-formation" lorsque j'étais encore dans l'informatique.
Je ferais d'abords remarquer que la dénomination sur ma feuille de paye était: Programmeur. Et que le salaire était aussi celui d'un programmeur: 8000F mensuel. Pas de 13 ème moi. La formation aussi dans le cadre de cet emploi n'as jamais eu pour objectif de former un conseil. Mon domaine c'était la maintenance d'application et les petits développements ainsi qu'une expérience de l'exploitation (Ce qu'on appellerait peut-être aujourd'hui l'administration système).

Ce qui intéressait peut-être l'entreprise  qui m'a recruté c'est l'automatisation que j'avais semble-t-il pas trop mal réussit et qui avait permis de se passer d'un pupitreur. J'avais particulièrement  intérêt à réussir dans ce cas  à cause de mon profil "bas" (sans bac). En effet  je risquait fortement de me retrouver programmeur en charge de l'administration système au lieu d'être un pupitreur participant à  la  maintenance  de  certaine applications dans mon job  précédent.

Si j'avais été recruté par la boite de service c'est qu'ils ont eu -j'ose espérer- l'occasion de vérifier mes compétences dans le domaine de la programmation.

 Je finirais par cette remarque de haute portée philosophique: En France ont ce souci souvent  du prestige  de la fonction en oubliant trop souvent qu'un simple agent de nettoyage peut faire perdre de grosses sommes à sa boite, ou qu'un cadre qui fait un travail peut reluisant peut aussi en faire gagner beaucoup.  

Le gens comme moi n'ont pas trop de choix sur la nature des jobs qu'ils leur sont confiés , c'est pour cela qu'on les encourage parfois en qualifiant une mission "coup de balai" par "conseil-formation".

Et puis c'était l'occasion rêvée de leur faire comprendre: "Si un con sans bac y est arrivé, pourquoi pas vous?"

lundi 17 octobre 2011

Les effets du harcèlement.

Je livre là quelques remarques concernant  une expérience de plus de 15 ans de harcèlement  dans les usines de la région: ce que j'ai eu a supporter de manière quasi constante mais  pas toujours intense.
J'ai remarqué plusieurs effets:
__Lorsque le harcellement s'arrête vous êtes déstabilisé. Vous êtes tellement "conditionné"  que vous ne savez plus que faire. Vous pouvez même avoir une crise d'angoisse: serais-je à nouveau capable d'endurer si cela s'arrête trop longtemps? C'est un peu le réflexe du looser qui ne sait pas quel comportement adopter en cas de succès et provoque l'échec pour se rassurer.

__ Vous finissez par adopter un comportement anormal dans le sens que vous gardez une apparence normale alors que je devriez devenir fou et violent (ce qui m'arrive parfois). J'ai vu des personnes victimes de harcèlement péter régulièrement les plombs. Ils étaient dans la phase primaire. Plus tard vous ne pouvez plus vous payer le luxe de péter les plombs (si vous n'êtes pas viré) car vous deviendriez cardiaque ou vous tomberiez  d'épuisement. Souvent ils ajoutent à leur comportement  un accroissement de pénibilité, et parfois du sabotage. J'en suis arrivé à me demander aussi, s'il n'y aurais pas dans quelque coutume locale la pratique de l'empoisonnement: j'ai remarqué une fréquence anormale d'infections graves ces dernières années. Mais cette interrogation n'est probablement qu'une simple crise de paranoïa.

__ Une fois bien acquis un comportement "normal" d'adaptation au  harcèlement, il suffit de faire quelques rappels. C'est comme réviser sa leçon, ça prends moins de temps. L'avantage est qu'il est  moins risqué de se faire prendre. De toute façon la hiérarchie est souvent de connivence et vous n'avez d'autre alternative que d'endurer, de partir, ou devenir un criminel  (plus exactement un tueur).

C'est incroyable que l'on puisse encore réaliser de tels exploits en France aujourd'hui. Je  les  croyais  réservés au temps du bloc soviétique. Un mini  Goulag.

vendredi 14 octobre 2011

Draguée ou pas draguée?

Une fois de plus une femme qui me rapelle qu'elle est mariée.

C'est bien de m'avertir. Si elle ne m'avait pas aussi fait remarquer au paravent: "vous sentez."

Je me lave, dois-je aussi me parfumer?

Mais je ferais remarquer que si une femme s'habille de manière recherchée ou même sexie, alors il ne faut pas qu'elle s'étonne si on la regarde en souriant ou même avec admiration.

En règle général j'évite les femmes mariées. J'ai suffisament de problèmes comme ça.

Moi j'aime les femmes qui réagissent à ce genre de situation en me faisant comprendre qu'elle sont flattées de voir leurs efforts couronnés de succès. Tout en reprenant un air réservé plus tard. Cela serait à mon avis la réaction la plus "intelligente". Bien que certain pourraient se sentir encouragés.

Bien sur dans mon cas il est dificil de se sentir flattée par un ouvrier, mal habillé qui "sent".

Ce qui me fait déduire que lorsqu'on est au bas de l'échelle sociale, on a même pas le droit de regarder ni même  d'admirer: c'est inconvenant.

Elle aurait pu ajouter comme d'autre femmes aujourd'hui: "Vous êtes un escroc", le tableau aurait été complet.