mercredi 9 novembre 2011

"On continue"

Donc ils veulent continuer.
Nouvel exemple de ce qu'ils font:
Je rentre dans le magasin. L'employée me regarde et dit: "C'est un véritable bordel. Je l'ai signalé."
Je marche un peu plus loin, nouvel employé qui dit: "Même si c'est ouvert vous n'avez pas le droit d'entrer."
Mon interprétation des faits:
Je me couche en oubliant de fermer la porte de chez moi au rez de chaussé.
Un employé passe le matin pour remplir ces obligations professionnels, voit que la porte est ouverte, jette un coup d'oeil. Effectivement c'est le bordel au rez de chaussé que j'utilise pour entreposer de trop nombreux objets et pour bricoler. Je fais rarement le ménage.
Si la personne a remarqué quelque chose d'anormal elle peux toujours signaler à la police  ou aux service sociaux. Personne ne peux le lui reprocher.
Au lieu de cela la personne raconte aux copains. Et les  copains en profitent pour utiliser l'information.
Ce n'est n'est pas la première fois que cette personne à l'entrée fait  des remarques concernant ma vie privé. Comme je l'ai vu dire, soit à moi, soit à d'autres personnes, "il faut continuer", j'ai tendance à conclure que cette personne agit dans le but de m'ennuyer. Je ne pense pas qu'elle prendrait ce risque sans  la couverture de sa hiérarchie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire