lundi 30 janvier 2012

Nettoyage d'hiver et surveillance.

Je vérifie donc la batterie de mon camion et essaye de le faire touner.
En refermant le capot je m'aperçois que la dernière personne qui l'a refermé ne devait  pas être au courant du problème de charnière.
C'est probablement de la paranoïa.
Une paranoïa probablement due à cette récente réflexion au supermarché. Une de ces personnes très intelligente qui ne manquait pas une  occasion de faire  -en ma présence-  des réflexions du style :
"il aurait déjà retrouvé" ou "avec un père aux affaire étrangère tu trouve du travail comme tu veux".
Ce coup-ci il a changé de ton : "je n'aurais pas du lui parler comme ça, il est vraiment handicapé, il ne visualise pas les erreurs qu'il a faites en tapant aux clavier."
Je pose donc cette question: comment savent-ils le nombre d'érreurs que je fais en tapant aux clavier, et comment savent-ils qu'il m'est difficile de les visualiser quand je relis?"
C'est gentils de ne pas avoir d'utilisé les mots de passes qui me permettent d'accéder à  mon compte bancaire et de payer  avec ma carte bleue.
Ce ne sont pas des criminels!...bien qu'ils commettent des délits.
La morale de cette histoire c'est qu'il faut -pour pouvoir protéger  sa vie privée- garder des ordinateurs hors-ligne et avoir des pièces sécurisées (accès restreint et cage de faraday). La vie privée est un luxe.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire