dimanche 12 juin 2011

Au travail.

Commentaire d'un collègue au travail:
D'un air réprobateur il dit: "Il a le niveau".
Je me demande de quoi il parle:  le niveau ingénieur, le niveau chef de projet? Tout cela parce que j'étudie une partie du programme abordé par un ingénieur? Je l'ai déjà dit aux autorités : je n'ai pas un niveau ingénieur parce que je n'ai abordé qu'une petite partie du programme. Je ne pense même pas avoir les qualités intrinsèques nécessaires à ce type d'étude. Je suis dyslexique et trop lent pour ce type d'étude. Le groupe en rajoute avec : "Il ne veut pas travailler", "Il aurait retrouvé","Il était trop sale", "Il était trop nul"; "Il était trop dur", "tu n'a pas été harcelé". De toute façon à 50 ans, ces propos sont devenus ridicules.

Ceci s'ajoute au traitement similaire que je subi de manière régulière lorsque je fais mes courses. Puisque ces personnes se permettent de me répéter des propos désagréables je fais de même: "J'ai entendu à plusieurs reprises des gens (certain très cultivés) dirent que vous êtes des ordures". Les syndicats sont-ils impliqués dans la maltraitance?

Pourquoi continuer à harceler une personne qui n'a rien touché des ASSEDICs depuis janvier et qui travaille depuis peu au 3/4 de temps; sinon dans le but lui faire perdre son travail ou de l'inciter à démissionner? En plus j'ai fait preuve de souplesse avec mon contrat de travail pour pouvoir le conserver.

Tout ce que je fais ou dis est trop souvent interprété de manière malveillante. Et je le  répète:  à mon avis, ces gens n'ont pas un respect suffisant de la loi (atteinte à la vie privée, harcèlement, diffamation). Les personnes qui étudieront mon dossier en détail  aboutiront probablement au même conclusions.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire