lundi 14 janvier 2013

Training days

Mensonge, intoxe, mensonge, intoxe ....... attention ont change de pied ... Intoxe, mensonge, intoxe, mensonge .... et ont recommence ....... Mensonge, intoxe, ...... Vous m'en ferez 10 par jour...
 

dimanche 13 janvier 2013

Aphorisme maritime

Un homme qui tombe à l'eau n'a pas sa place à bord.

(C'est un avertissement que je donnais à mes stagiaires, avant le fatal accident.... c'est un fait que la récupération n'est pas garantie en dépits d'un entrainement régulier).

jeudi 10 janvier 2013

"Vous êtes un con"

Reçoit un coup de téléphonne aujourd'hui à 20h10 d'une sociétée qui cherche à connaitre mes habitudes de déplacements.
Pendant l'intérogatoire quasi policier j'entends à plusieurs reprise lorsque je parle "vous êtes un con".

"Ce ne sont pas des escrots ils sont simplement mal organisés"

Si une organisation reconnaît que la formation qu'elle vend n'est pas adaptée au marché du travail et qu'elle continue malgré cette constatation pendant plusieurs années dans la même voix, alors on est en droit de se demander si c'est une escroquerie et de chercher à savoir qui en a profité et qui a été lésé.

samedi 22 décembre 2012

en voyage et à l'hotel.

Des clients - un couple probablement - doivent se trouver dans une chambre attenante dans l'hôtel.
Ils font des réflexions lorsque je m'occupe avec mon ordinateur.
Par exemple je modifie  une annonce qui n'est pas immédiatement répercutée:
"Ce sont des nullités, leur base de données sont désynchronisées"
Mois j'aurais fait de même pour ne pas surcharger le moteur sql et se laisser du temps pour contrôler les données. Il n'y a pas urgence à publier l'information.
Peut-être permutent-il simplement une base vers sa nouvelle version.
Puis:
"Vous nous avez injurié".
Moi même, combien de fois me suis-fait arnaquer et diffamé?
"Ils avait fait intervenir un député."
Ils auraient du m'en parler avant.
J'invite donc les personnes compétentes à vérifier la liste des clients.

lundi 10 décembre 2012

Tranquille la nuit?

Je pars à vingt-deux heure pour faire ma promenade et essayer de courir.
Je me dis qu'à cette heure il y a peu de chance de tomber sur un grincheux.
Et non!
Lorsque je m'approche il commence par me balancer le faisceaux de sa lampe en pleine gueule.
Puis comme cela ne suffit pas il me salut par cette réflexion: "Ils nous prends pour des cons".
Si cela était vrai cela ne suffirait surement pas à infléchir mon opinion.
Heureusement je conduisais prudemment et je n'ai pas perdu mon équilibre.

lundi 22 octobre 2012

"Vous êtes une nullité"

Je fais donc mes course dans la grande surface du coin et j'ai -comme cela arrive régulièrement- des gens qui me font des réflexions. En moyenne lorsque je vais dans un endroit public de Scaër j'ai 5 personnes qui  m'agressent pendant une sortie . Ils n'essayent pas de parler avec moi, ils font simplement semblant de discuter  avec leur compagnon ou parle en me regardant d'un air arrogant.
Aujourd'hui j'en ai rencontré plus de cinq:

-- Un client :"je ne vous aurais pas pris, vous êtes une nullité" puis me tournant le dos pour partir avec son amie "il faut continuer". Injures d'autant plus énervantes que j'ai d'autre personnes qui me disent au travail "Le langage C c'est très recherché"  puis "il est brillant". Ces gens disent n'importe quoi pourvue que je me sente injurié ou accusé. Cela fait 15 ans que cela dure.
-- Un client: "La police nous a téléphoné, vous avez déjà failli être condamné".
-- Une cliente: "C'est une bande de con."
-- Un employé : "il faut continuer."
-- Un client: "Je l'ai diffamé".
ect.....
Qui a donné l'ordre de me harceler, de "continuer" et pourquoi ?

J'ai aussi entendu mon petit doigt parler: "on a 6 mois pour le faire craquer".
Cela veut dire quoi?
A mon avis cela pourrait vouloir dire qu'ils vont multiplier les provocations dans le but d'obtenir une réaction  violente. C'est pour cela que je parle parfois d'incitation à la violence ("S'il est violent c'est bien. Mais s'il est violent avec des femmes, des vieillards ou  des enfants  c'est mieux!!!"). Et c'est pour cela aussi que je parle parfois d'incitation au suicide parce que lorsqu'on ne peux retourner la violence à l'envoyeur il arrive qu'on la retourne contre soi même.