mardi 9 août 2011

Alienation.

Toujours la technique du commentaire glissé dans la conversation.


Le chef qui passe et dit "on te prends! ".
C'est bizard j'avais déjà l'impression de travailler pour une entreprise. Quesqu'il a voulu dire?
Si je pose la question je n'aurais pas de réponse.


Le collègue: "Tous ces copains sont devenus chef de projet".
Je réfléchis puis une fois en vestiaire je réponds: "il faut mieux être un bon ouvrier qu'un mauvais chef de projet et je dirais même plus il faut même mieux être un mauvais ouvrier qu'un mauvais chef de projet". Je ne crois pas qu'il a compris. Vat-il seulement essayer de comprendre? C'est peut-être seulement pour me faire chiez.

Je rentre au vestiaire et j'ai droit comme à la maison paternelle au : "Il faut continuer".

Il est certains que lorsqu'on obtient des résultats aussi probant: je viens juste de signer ma déclaration d'impôt. 1000 euros assedic 9000 de salaire. Non imposable. C'est  vrai il faut continuer. Comme cela on pourrait éventuellement   payer une  pension pour aliénation mentale. Je crois qu'ils ont résussit avec mon cousin.

Perséverance. Travail assidut. Regularité. Cela finit toujours par payer.

J'ai oublié de parler de la pharmacie et aussi du medecin. C'est partout pareil. Plus moyen d'avoir une relation normale avec des personnes. Il faut toujours dans un sens ou dans un autre que l'on me gratifie de commentaires mal venus. Même les gens qui prennent ma défence finissent par me faire chiez.

En plus ces gens voudrait que je sois polis alors que la seule chose qui me vienne à l'esprit c'est : "Comment vais-je  réussir à terminer la journée sans en tuer un?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire