mercredi 10 août 2011

Mardi 9 aout 2011.

Encore une belle journée!
Rosporden.
Premier magasin : 3 personnes ("Il était trop sale"  on me site la source: DDSV).
Deuxième: magasin une employé une cliente. ("Je me suis renseigné auprès d'un psychologue: on l'ai tous").
Troisime magasin: la cassière "Je l'ai téléchargé:vous êtes une nullité".
Laverie: Coup de chance des machines sont en pannes, j'arrive à passer la pluspart du temps tranquille. Mais un arrive quand même à placer "vous êtes beau".
J'aurais du ajouter oui mais en plus je suis riche, intelligent et cultivé. Et je fais bien l'amour!
Quatrième magasin: Tout se passe bien au début puis un ("je vais les appellerer") pourquoi ? Je n'en sais rien.
Scaer:
Ciquième magasin: C'est la queue à la caisse. Ils en ouvre une autre. Ceux qui sont derière moi se précipitent. Reflexion du caissier: "Il a le temps". C'est vrai qu'il est rare qu'ils n'éssayent pas de provoquer un incident destiné à me retarder. Plus il perd du temps mieux c'est. Ces gens ne savent pas que je travaille la nuit? Ca ne colle pas avec l'image qu'ils ont de mon personnage. Autrre reflexion à cette caisse "Il était trop lent" à rajouter à la longue liste des "Il était trop null, Il était très doué......ect".
Moi je pense qu'ils me suivent à la trace. Parceque lorsque par hazard on me laisse tranquil cela ne dure pas longtemps!


mardi 9 août 2011

Alienation.

Toujours la technique du commentaire glissé dans la conversation.


Le chef qui passe et dit "on te prends! ".
C'est bizard j'avais déjà l'impression de travailler pour une entreprise. Quesqu'il a voulu dire?
Si je pose la question je n'aurais pas de réponse.


Le collègue: "Tous ces copains sont devenus chef de projet".
Je réfléchis puis une fois en vestiaire je réponds: "il faut mieux être un bon ouvrier qu'un mauvais chef de projet et je dirais même plus il faut même mieux être un mauvais ouvrier qu'un mauvais chef de projet". Je ne crois pas qu'il a compris. Vat-il seulement essayer de comprendre? C'est peut-être seulement pour me faire chiez.

Je rentre au vestiaire et j'ai droit comme à la maison paternelle au : "Il faut continuer".

Il est certains que lorsqu'on obtient des résultats aussi probant: je viens juste de signer ma déclaration d'impôt. 1000 euros assedic 9000 de salaire. Non imposable. C'est  vrai il faut continuer. Comme cela on pourrait éventuellement   payer une  pension pour aliénation mentale. Je crois qu'ils ont résussit avec mon cousin.

Perséverance. Travail assidut. Regularité. Cela finit toujours par payer.

J'ai oublié de parler de la pharmacie et aussi du medecin. C'est partout pareil. Plus moyen d'avoir une relation normale avec des personnes. Il faut toujours dans un sens ou dans un autre que l'on me gratifie de commentaires mal venus. Même les gens qui prennent ma défence finissent par me faire chiez.

En plus ces gens voudrait que je sois polis alors que la seule chose qui me vienne à l'esprit c'est : "Comment vais-je  réussir à terminer la journée sans en tuer un?


lundi 8 août 2011

Nicknames

I have got several.
In Hobart it was "Gaston". A famous french comic's hero.
In AGI it was "Rambo". A famous potato. Everybody knows him.
In Bretagne it has been for a while "Tsetse" like the fly.
Next : Chuck Norris.
Next: "I need sugar" like in Men n Black (the first one).
I suppose they choose the last one because I have a lot of admiration for this film.
Of course it's a film for teenager. But I like everything.
Script (a good rhythm, humor, poesie)
Photos (style and color)
Special effects.
Music. Actors.
A great film indeed.

dimanche 7 août 2011

La solidarité.

Je pensais avoir un problème particulier avec les Bretons et particulièrement avec des gens de gauche ou des syndicats.  Après se petit voyage, il semble que même des membres du grand capital aient décidé de me faire chier. 
J'ai cru entendre :" Il faut continuer". Déjà entendu de nombreuses fois même à l'intérieur des usines. Moi j'interprete une  telle phrase par "Il faut continuer...... à le harceller".
Il faut quand même être prudent parceque j'ai parfois des hallucinations dues peût-être au fait que de nombreuses personnes parlent sur moi lorsqu'elles sont à côté ou même attendent que je m'exprime pour lancer des commentaires sur ma personne. 
Vue la personalité du type je ne serait pas étonné qu'il fasse parti du de ces tourneurs de tables, ou de ces observateurs de pendules en fin de cette communauté qui aspire à l'universalité mais qui semble en majorité preférer la communauté des hommes à çelles des femmes pour décider et éxercer la  solidarité.
Si je suis attaqué par eux alors je ne me gênerai pas de dire ce que je penses y compris ce qui est le plus gênant.
S'il ont me juge et s'il ont me condamne. Il faudrait - comme l'a décidé la majorité des sociétés humaines - exposer clairement les griefs en en parler avec l'accusé. 
Maintenant je me demande s'ils ont decidés aussi d'appliquer la sentance. Ce qui expliquerait le genre de commentaire que j'ai entendu  de temps à autre: "Vous sortez juste de prison vous aller y retourner". 
Prison "virtuelle"  je suppose.
Comment ces gens peuvent-ils s'attendre à une attitude polie de ma part?
J'aurais peut-être du y entrer, par pragmatisme, comme cela j'aurais pu contrer d'éventuelle attaques et même utiliser les même méthodes pour régler des comptes.
Mais je n'ai pas ce genre de personalité. Je ne suis pas du genre à passer mon temps à comploter.